Anticapitalistas en la Otra

Anticapitalistas en la Sexta es un espacio de discusión y organización política de carácter anticapitalista e internacionalista, que busca enlazar las luchas y fortalecer la unidad de las y los trabajadoras de la Ciudad, el Campo, el Mar y el Aire, y del resto de l@s explotad@s por el sistema capitalista para avanzar en la construcción de un Programa Nacional de Lucha y su Plan de Insurrección. Como segundo propósito buscamos difundir las luchas, denuncias y actividades de los adherentes a La Sexta en el país y el mundo, y también de todos aquellos que que sin ser parte de La Sexta se encuentren abajo y a la izquierda.

contáctanos en: aaoc2010@gmail.com
Video del mes: Palabras del mes: Es preciso no olvidar que en virtud y por efecto de la solidaridad del proletariado, la emancipación del obrero no puede lograrse si no se realiza a la vez la liberación del campesino. De no ser así, la burguesía podría poner estas dos fuerzas, la una frente a la otra, y aprovecharse, por ejemplo, de la ignorancia de los campesinos para combatir y refrenar los justos impulsos de los trabajadores citadinos; del mismo modo que, si el caso se ofrece, podrá utilizar a los obreros poco conscientes y lanzarlos contra sus hermanos del campo. CARTA DE EMILIANO ZAPATA A GENARO AMEZCUA Tlaltizapán, Febrero 14, 1918

Firma en contra de la reactivación del proyecto de despojo en Atenco

jueves, 2 de mayo de 2013

Montréal : contingent anticapitaliste dans la Marche pour la Terre - Parce que la paix sociale tue 200 espèces par jour

Cette année dans le cadre du Jour de la Terre Inc, un appel à un contingent anticapitaliste pendant la marche du 21 avril est venu gâcher le rituel d’autoflagellation et de greenwash.

Un an presque jour-pour-jour après l’émeute sauvage du Salon du Plan Nord – pour plusieurs le moment décisif où la grève étudiante transcenda son identité réductrice et pris la forme d’un soulèvement contre l’autorité – c’était inspirant de revoir les drapeaux verts et noirs dans la rue, portés par une foule d’une centaine de personnes bruyantes et pleines d’énergie, contrastant intensément avec les milliers d’autres dans cette Marche pour la Terre Inc qui ressemblait plutôt à une procession funèbre de ceux déjà prêts à l’enterrer. Par ce même contraste c’était assez clair où dans toute cette foule reposait le vrai désir d’affronter l’immensité de la tâche de libérer cette planète de sa destruction.
La marche comme tel a duré une quarantaine de minutes. La foule du contingent anticapitaliste apportait une présence anticoloniale et anarchiste par ses slogans et ses bannières. En fait, le contingent semblait être le seul endroit dans la foule où on criait des slogans… en fin de compte, qui apportait une présence quelconque. C’était aussi le seul endroit qui fut flanqué par les flics.


« sables bitumineux, Anticosti, Plan Nord, loi Omnibus /
les vrais casseurs sont au gouvernement »
Lorsque la tête de la marche arriva à son point d’arrivée, la Place du KKKanada, une grande bannière de quatre mètres, verte et noire, où il était inscrit « L’économie VERTE est une ARNAQUE / TUONS le CAPITALISME avant qu’il nous tue » fut hissé entre deux arbres, en pleine face de l’événement de fin de marche où allait se donner des monologues vides de réformistes-collabos et capitalistes verts comme Steven Guilbault et Laure Waridel.
Au début, la marche entrait dans le parc, bien ordonné et puis arriva le contingent anticapitaliste qui s’est dirigé vers la grande bannière verte et noire en gueulant « le capital détruit la Terre, guerre au capital! » tout en continuant de bloquer le boulevard René-Lévesque. Quelques autos sont restées coincées et des flics en vélo sont venus s’interposer pour qu’on laisse passer les deux-trois autos. Ils se sont vite éloignés ensuite, la foule leur gueulant après, et sont restés tranquilles sur le trottoir à regarder, postés à quelques mètres de là.
Le fait que certain.e.s ont tenu la rue fit en sorte que peu-à-peu le reste de la foule se mit à déborder du périmètre tracé par le service d’ordre, les passant.e.s et participant.e.s de la marche se mirent à leur tour à occuper de facto la rue, y marchant librement pour se déplacer entre l’événement de monologues de réfos et la foule intrigante entourant la bannière verte et noire avec qui on venait jaser, étant donné aussi qu’il n’y avait pas là les hauts-parleurs crachant du reggeaton entre monologues vides.


« non à la C-45 / quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors vous vous apercevrez que l’argent ne se mange pas »
Vers 16h il y avait déjà une grosse foule réunie dans la partie du parc derrière la bannière aux couleurs écoanarchiste. Des certain.e.s se sont dirigé.e.s vers la rue commerciale Ste-Catherine bloquant la circulation pendant un moment au coin Metcalfe, en plein centre-d’achat à ciel ouvert. La foule s’est mis à grossir et à marcher sur Ste-Catherine, scandant entre autres « le peuple Innu jamais ne sera vaincu! », s’arrêtant pour occuper les intersections pendant que d’autres continuait d’affluer. Des médias ont rapporté qu’une centaine d’anarchistes/anticapitalistes avaient bloqué la circulation, mais en réalité ce furent quelques centaines de personnes qui emboîtèrent le pas. Une manifestation spontanée, sans itinéraire, donc illégale, défiant ainsi avec succès le règlement P6 qui a été appliqué à la lettre ces derniers mois à Montréal.
Voici un tract qui fut distribué massivement pendant la journée :
Parce que la paix sociale tue 200 espèces par jour
Nous sommes en 2013. 97 % des forêts ont été coupées; 98 % des prairies naturelles ont été labourées ou asphaltées; 90 % des grands poissons sont disparus à jamais. Nous, les habitants des pays « développés » consommons en permanence plus de 10 000 watts d’énergie, soit autant qu’une baleine bleue, 30 fois plus qu’un agriculteur de subsistance et 40 fois plus qu’un chasseur-cueilleur. Nous allons allègrement vers un réchauffement de 2 à 5oC avant la fin du siècle et on nous demande de continuer comme si de rien n’était. On nous berce d’illusions avec de belles paroles sur les « énergies propres », l’« économie verte » et le « développement durable ». Faute de mieux, on rêve à des technologies chimériques et à toute sorte de délires citoyennistes.
Nous ne marchons pas pour demander d’être consultés sur une multitude de projets détestables. Nous marchons plutôt pour nous opposer à ces projets et à ceux qui en profitent. Nous marchons aussi pour trouver des alliés sincères dans leur volonté de défendre le vivant. Nous marchons aujourd’hui même si nous avons honte des discours creux et horreur de la récupération de cette journée par des entreprises avec des tendances pour l’écoblanchiment. Nous marchons à vos côtés parce que nous croyons que vous en avez aussi marre des parades, de faire semblant.
Nous ne sommes pas ici pour réclamer une « juste part » de l’exploitation des « ressources naturelles ». Nous n’avons rien à faire d’un « bien commun » qui monnaye sa complicité dans l’écocide en cours. Nous savons, comme vous, que ce qui est aujourd’hui qualifié de « ressource » est depuis toujours l’habitat de quelqu’un-e, d’animaux et d’une multitude d’autres êtres vivants. Nous savons aussi que ce qu’on nomme « développement » n’est qu’une pulsion pathologique. Nous savons qu’il faut rompre avec une telle logique parce qu’elle est suicidaire. La Terre ne nous appartient pas.
L’écocide est en cours. Il y a cet horrible Plan Nord rebaptisé « Nord pour tous » avec ses allures de « bar open », ces projets de barrages petits et grands (ex. La Romaine, Val-Jalbert), ces forages, ces coupes à blanc, ces ponts, ces routes et ces oléoducs qu’il faut arrêter. On parle de faire passer un pipeline de 850 000 barils/jour de pétrole brut synthétique le long de la vallée du Saint-Laurent. Il n’est pas question, ici, de demander d’être consulté, compensé ou de recevoir quelques garanties. Il est nécessaire de tout mettre en œuvre pour arrêter ce monstre! La question n’est pas de savoir si un désastre risque d’arriver chez nous: cet oléoduc est l’une des artères qui permettront d’alimenter le cœur du désastre que constituent les sables bitumineux. Cette destruction d’habitat sans précédent, cette pollution de l’eau, de l’air et des sols, et ces émissions de CO2 nous ordonnent d’agir si nous ne voulons pas en être les complices. Le moindre mal n’est pas une option.
Contrairement aux discours officiels, nous n’avons aucune solution toute faite à vous proposer. Nous nous contentons de vous inviter à élaborer vos propres plans en vous assurant que d’autres ailleurs s’affairent déjà à la tâche de construire une culture de résistance et de transgression. Fini les compromis! Arrêtez de chercher l’opinion publique et faites ce que vous avez réellement envie de faire pour défendre le vivant,
Tuons le capitalisme avant qu’il nous tue!


Imprimir

No hay comentarios:

Publicar un comentario

Videos

Loading...

Catálogo de la cooperativa de Muebles Tintero en PDF